L’assurance temporaire défavorise les voitures diesel

Depuis 4 ou 5 ans, la vente des voitures diesel a encore perdu 10 points face aux autres modèles de véhicules. Constituant 73% des écoulements en 2012, les autos au gazole passent sous la barre des 60 % cette année 2015, au profit des véhicules à essence et hybrides. La principale raison : la protection de l’environnement. Mais l’idée fait encore débat.

L’assurance temporaire enfonce le clou en augmentant les prix des assurances temporaires.

Le diesel défavorisé par l’assurance temporaire

Pour presque tout le monde actuellement, les véhicules diesel sont les plus néfastes pour l’atmosphère. Selon un bon nombre d’études, ce type de voiture émet le plus de CO2 et pollue encore plus l’air que les modèles à essence. Des contre-expertises révèlent pourtant que les automobiles au gazole rejettent 15% moins de gaz polluantque les voitures à essence. D’autres rapports indiquent que la plupart des quatre-roues diesel sont deux fois plus performants en termes de consommation que les 5 années précédentes.

Les mesures anti-pollution contre le gazole sont justifiées ?

Pour les autorités, le gazole est à bannir de la circulation. Si les dirigeants tablent sur une réduction considérable du nombre de véhicules diesel, voire une interdiction totale en 2020 dans certaines zones grâce aux normes Euro 5 et 6, les constructeurs voient déjà une vente équilibrée à 50/50 sous peu.

Pourtant, les détracteurs des mesures de « transition énergétique » tournées vers le diesel dénoncent que le parc de véhicules propres n’est pas encore prêt. À ne citer que les voitures électriques qui ne concerneraient 1% de la production mondiale en 2020.